EAN13
9782755611090
ISBN
978-2-7556-1109-0
Éditeur
Hugo Doc
Date de publication
Nombre de pages
242
Dimensions
23 x 15 x 0 cm
Poids
405 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Outreau, une épouvantable imposture

De

Hugo Doc

À paraître
Outreau restera dans l’histoire comme une nouvelle Hydre de Lerne. Plus la justice a tenté de tordre le cou à la pédophilie, plus les monstres ont eu gain de cause depuis ces assises, et les prédateurs courent désormais les rues dans une impunité presque généralisée.

L’auteur dénonce dans cette affaire une imposture à répétition, avec le triomphe des pédophiles, le massacre de leurs juges par des avocats sans foi ni loi, le rejet des aveux chez les enfants violés, et la faiblesse d’un pouvoir acquis a priori aux prédateurs dans sa méconnaissance évidente du dossier.

A l’appui des 30.000 pages des cotes judiciaires, après l’étude de tous les rapports officiels (commission parlementaire, inspection générale des services judiciaires) ou jusqu’ici secrets (inspection générale des affaires sociales), Jacques Thomet dresse un constat apocalyptique et jette la lumière sur les innombrables zones d’ombre dans cette affaire.

L’auteur ne remet pas en cause les acquittements d’Outreau en faveur de treize adultes accusés, contre quatre condamnations, mais révèle surtout un fait méconnu du grand public : douze enfants ont été reconnus victimes de viols dans cette affaire en 2005, et le dossier judiciaire en dénombre cinquante-neuf !

Comment des témoignages concordants de sévices sexuels racontés par des enfants n’ayant pu se concerter, et ne se connaissant pas pour la plupart, n’ont pas été retenus à charge contre soixante hommes et femmes cités, à un moment ou à un autre, par des enfants et des adultes, comme des violeurs ?

L’auteur s’étonne aussi qu’un ensemble d’aveux de culpabilité, en audition comme en audience, n’aient pas été pris en compte dans l’acquittement massif de la cour d’Appel de Paris.

Il révèle ainsi que le juge Fabrice Burgaud, chargé de l’enquête, et voué aux gémonies par les médias, n’a pas péché pour avoir mis en examen dix-huit adultes, mais au contraire pour n’avoir pas déféré au moins le double de prédateurs présumés devant les assises.

Jacques Thomet démontre que l’affaire Outreau a permis à de nombreux avocats d’utiliser cette jurisprudence viciée dans les nouvelles affaires de pédophilie. Il dénonce la dénégation de la parole des enfants victimes de sévices sexuels, dénégation qui n’a pour seul argument que cette parole ne serait pas fiable.


Cette gigantesque imposture a permis que les preuves médicales de sévices sexuels soient parfois refusées, dans une complicité conjointe d’experts, de médecins et de juges, comme dans la tragédie, relatée dans ce livre, de six mères de famille, privées de leurs enfants remis par les tribunaux à leurs prédateurs.
S'identifier pour envoyer des commentaires.