Les mauvaises gens. Une histoire de militants, une histoire de militants
EAN13 : 9782847894493
ISBN :978-2-84789-449-3
Éditeur :Delcourt
Date Parution :
Collection :DELC.ENCRAGES
Nombre de pages :176
Dimensions : 24 x 17 x 0 cm
Poids : 432 g
Code Dewey :331.88

Les mauvaises gens. Une histoire de militants

une histoire de militants

De

Indisponible Indisponible

Logo plateforme

Ce livre est en stock chez 3 confrères du réseau leslibraires.fr,
Cliquez ici pour le commander

Étienne Davodeau (Auteur) a également contribué aux livres...

Mauvaises Gens NED

Mauvaises Gens NED

Étienne Davodeau

Delcourt

En stock, expédié aujourd'hui 17,50 €
Rural !, Nouvelle édition

Rural !, Nouvelle édition

Étienne Davodeau

Delcourt

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 15,95 €
Quelques jours avec un menteur NED

Quelques jours avec un menteur NED

Étienne Davodeau

Delcourt

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 16,95 €
1, La Balade nationale, Les Origines

1, La Balade nationale, Les Origines

Étienne Davodeau

Revue Dessinée

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
Le dessein d'ELA

Le dessein d'ELA

François Morel, Daniel Pennac, Jean D' Ormesson, Marie Darrieussecq, Alexis Jenni, Marc Lévy, Daniel Picouly, Guillaume Musso, Joël Dicker

Futuropolis

Indisponible sur notre site
En savoir plus sur Étienne Davodeau

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

5 étoiles

Par .

Roman graphique sans doute plus que bande dessinée, disons qu'Étienne Davodeau écrit et dessine là un reportage sur quarante années de vie de ses parents entre le début des années 40, leur naissance jusqu'à 1981, le 10 mai pour être plus précis jour de l'élection de François Mitterrand à la présidence de la république. Né un an après Étienne Davodeau, j'ai vécu un peu les mêmes choses que lui : éducation religieuse à l'ancienne, culpabilisante et totalement archaïque mais qui marquait de manière forte les enfants impressionnables, communion, et tout le toutim... Et comme lui, je m'en suis sorti, ouf, moi, maintenant, je serais plutôt du genre athée-bouffeur-de-curé, mais avec le respect de ceux qui croient pourvu qu'on ne m'emmerde pas avec ce qui est de l'ordre du privé. Je connais bien la JOC pour en avoir fait partie, c'était plutôt le côté copains qui m'intéressait, je séchais beaucoup les réunions où l'on réfléchissait sur l'importance de la religion. J'ai grandi comme Étienne Davodeau dans un milieu ouvrier, avec la grande différence d'habiter une grande ville donc moins soumise aux diktats de l'Église. Mais mes parents qui étaient instituteurs dans des écoles privées dans la campagne de Loire Atlantique jusque dans les années 60 m'ont raconté bien souvent des choses similaires à celles qu'ont vécues Maurice et Marie-Jo. C'était très mal vu à l'époque de militer, surtout à gauche. Les patrons étaient bien bons d'offrir du travail aux gens de la région et encore meilleur de les payer alors il ne fallait pas trop la ramener. La couverture de l'ouvrage est très symptomatique : les mauvaises gens entre l'église et l'usine, les deux grandes forces de l'époque, l'une prétendait diriger les vies professionnelles et l'autres les vies privées et spirituelles. Alors quiconque se levait contre l'une se mettait l'autre à dos avant que n'arrive dans ces communes des prêtres-militants, ceux qui ont permis aux jeunes de militer à la JOC et de se libérer de leurs carcans. Car il faut bien le reconnaître et "Dieu me crapahute" comme disait Pierre Desproges, c'est quand même grâce à ces jeunes prêtres qui se sont rapproché des ouvriers et qui pour certains en sont devenus que la jeunesse ouvrière s'est ouverte à la modernité.

Un roman graphique important pour ne pas oublier ce que firent nos parents pour s'émanciper de la double religion église-usine. Les luttes syndicales ont permis tellement d'avancées sociales qu'on a sans doute oublié qu'elles étaient d'abord menées par des hommes et des femmes comme les autres avec peut-être un peu plus de convictions ou d'envies de les partager et d'en faire profiter les autres.