Retrait de vos livres à la librairie côté Marché/Halles :
Le mardi, le mercredi et le vendredi de 17h00 à 18h30
Le jeudi et le samedi matin de 10h00 à 12h30

La Dernière rose de l'été
EAN13
9782377314768
ISBN
978-2-37731-476-8
Éditeur
Sarbacane
Date de publication
Collection
BD
Nombre de pages
192
Dimensions
33 x 24 x 3 cm
Poids
1438 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Dernière rose de l'été

Sarbacane

Bd

Offres

Policier intimiste hitchcockien d’inspiration Nouvelle Vague, « La dernière rose de l’été » revisite le récit d’ambiance avec une grâce épurée. Une esthétique léchée, des couleurs hypnotiques et un don singulier pour établir des atmosphères mystérieuses : pas de doute, c’est bien le nouvel Harari !

C’est l’été. Léo, jeune rêveur parisien caressant l’espoir de devenir écrivain, bosse dans un lavomatique en attendant de trouver l’inspiration pour son grand œuvre. Un soir, il croise par hasard un cousin qui lui propose de garder sa maison de vacances au bord de la mer. Coup de pouce du destin, le timide Léo se retrouve, quelques jours plus tard, voisin de riches plaisanciers aux voitures de collection et villas d’architecte.

Cependant, malgré l’atmosphère légère et surréaliste, quelque chose ne tourne pas rond. De jeunes hommes disparaissent aux alentours ; la tension monte… C’est dans ce cadre étrange, et tandis que l’inspecteur Beloeil mène l’enquête, que Léo rencontre sa jeune voisine, adolescente capricieuse et sauvage : la belle Rose.

"Un thriller sensuel et tendu […] séduisant grâce à des cases belles comme des tableaux" Les Inrockuptibles
"Un roman graphique hypnotique, lumineux comme un polar de l’âge d’or de la BD Franco Belge" Le Soir
"Album aux couleurs magnifiques, La dernière rose de l’été est un polar prenant à l’atmosphère irréelle". Journal de 13h, TF1
"Un polar languide et moite qui rompt avec les clichés du genre". Le HuffPost
"Si L’Aimant nous avait donné à découvrir un pur talent de dessinateur, la ligne claire, subtilement rétro de Lucas Harari fait à nouveau sensation et déborde paradoxalement de modernité. (…) Il semblerait que Lucas Harari sache tout faire avec brio". Page des libraires
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Policier intimiste hitchcockien d’inspiration Nouvelle Vague, « La dernière rose de l’été » revisite le récit d’ambiance avec une grâce épurée. Une esthétique léchée, des couleurs hypnotiques et un don singulier pour établir des atmosphères mystérieuses : pas de doute, c’est bien le nouvel Harari !

C’est l’été. Léo, jeune rêveur parisien caressant l’espoir de devenir écrivain, bosse dans un lavomatique en attendant de trouver l’inspiration pour son grand œuvre. Un soir, il croise par hasard un cousin qui lui propose de garder sa maison de vacances au bord de la mer. Coup de pouce du destin, le timide Léo se retrouve, quelques jours plus tard, voisin de riches plaisanciers aux voitures de collection et villas d’architecte.

Cependant, malgré l’atmosphère légère et surréaliste, quelque chose ne tourne pas rond. De jeunes hommes disparaissent aux alentours ; la tension monte… C’est dans ce cadre étrange, et tandis que l’inspecteur Beloeil mène l’enquête, que Léo rencontre sa jeune voisine, adolescente capricieuse et sauvage : la belle Rose.

© Sarbacane